🇫🇷 Rien ne vaut déblayer la neige le matin

Ah, tout cette neige devant moi ! Tout ce que j’aurais pu faire avec mon temps ! Ah temps quand tu nous tiens…

Par ailleurs, c’est un boulot pas comme les autres, je ne te dis que ça !

Quelle déception, quand même !

Bon bref, commençons par le commencement…Au tout début, j’adorais mon boulot, même que j’avais acheter une pelle très moderne…

C’est quoi, mon boulot alors? Vous allez rire mais je déblaie la neige le matin. Je ne suis même pas certain qu’il y ait un mot propre français pour signifier cette profession même.

Dans le temps, mon père me disait qu’il y avait quatre parcours dans la vie, bien que j’aille vous raconter que trois. On pouvait avoir une tête et des jambes, c’était le parcours le plus rare et le plus favorable d’entre tous. Puis, on pouvait avoir une tête mais pas de jambes, ce qui était pas si mal qu’on ne l’imagine, mais un peu pire que le précédent. Il y avait le pire cas où on n’avait ni de jambes ni de tête, auquel cas peu importe ce qu’on veuille faire avec sa vie on était foutu pour autant.

Comment est-il arrivé ?

Au lieu de glander pendant mes études, j’aurait pu, et dû, étudier avec acharnement. Mais, non. J’ai décider de ne pas bûcher, mais plutôt de m’amuser tous les jours. Mais bon, voilà, j’en suis là. Le résultat, c’est à encadrer.

Où en étais-je… ah, oui, la neige dans la ville. Chouette !

Moi, qui a l’air d’un clochard, la pelle aux mains, beaucoup de neige partout à déblayer sans fin en vue, tout en disposant de si peu de temps pour effectuer tout ce boulot.

Mais que de neige ! Il y a de la neige partout. Ce n’est pas la neige qui manque ! Il ne manquerait plus qu’il se mette à neiger.

Voilà ce que j’ai à te dire: cette neige n’a rien à faire ici, dans ma ville.

Je déteste la neige, et c’est réciproque, enfin je crois. Il suffit de regarder à toutes ces tempêtes de neige qui sévissent dans la ville. Mais ce qui est encore plus navrant c’est que certain jours une tempête de neige n’attend pas l’autre. Telle haine ! Je pense tout ce que j’ai dit.

Eh bien, tu sais, la neige ne va pas se déblayer toute seule comme par magie ! Donc il faut que je m’en occupe simplement parce que personne d’autre ne le fera.

C’est ridicule, mais ridicule !

Bon, je me suis fâché un peu là-dedans. Aujourd’hui je déblaie de la neige. Tout est bon et tous est content de moi. Mais là encore, le matin prochain tu te réveillera, sortira de la maison, et c’est reparti pour un bon tour ! La neige en toute sa splendeur sera à nouveau là ! Encore une preuve que quoi que je fasse mon travail est du bidon.

Beaucoup me posent la même question, genre par quel miracle je me débrouille, vu les circonstances ?

Laisse-moi te dire quelque chose de curieux. Mais surtout pas un mot à quiconque: ce sera notre petit secret entre moi et toi.

Bien que je doive faire mon boulot tous les jours sans faillir, ce n’est pas le cas quand même. Comment est-ce possible ?

Moi, j’appelle ça faire preuve de débrouillardise, quoi !

Tu ne me crois pas ? Pense comme tu le sens, mais comment expliquer que je ne suis jamais fatigué et toujours souriant ?

Bosser, connais pas ! C’est tout.

Allez, penses-y ! On doit justement faire en sorte que personne ne remarque mon absence. Pourquoi marche-t-il, ce truc ? Parce qu’il va neiger comme pas possible de toute façon et personne ne va me reprocher de ne pas déblayer de la neige.

On est en 2017. Il y a les déneigeuses pour déblayer de la neige, na !

Bon alors, ça me fait plaisir de te causer.

Bon et bien, le devoir m’appelle.

Le devoir, mon pied ! Le devoir pas comme les autres !




Ah, tout cette neige devant moi ! Tout ce que j’aurait j’aurais pu faire avec mon temps ! Ah temps quand tu nous tiens…

Par ailleurs, c’est un boulot pas comme les autres, je ne te dis que ça !

Quelle déception, quand même !

Bon bref, commençons par le commencement…

Au tout début, j’adorais mon boulot, même que je m’ai acheté j’avais acheter une pelle très moderne…

C’est quoi, mon boulot alors? Vous allez rire mais je déblaie la neige le matin. Je ne suis pas même pas certain que il qu’il y soit ait un mot propre en bon français pour signifier cette profession même.

Dans le temps, mon père me disait que il qu’il y avait quatre parcours dans la vie, bien que j’aille en vous raconter de que trois. On pouvait avoir une tête et des jambes, ce qu’était c’était le parcours le plus rare et le plus favorable d’entre tous. Puis, on pouvait avoir une tête mais pas de jambes, ce qui était pas si mal que qu’on ne l’imagine, mais un peu pire que le précédent. Il y avait le pire cas où on n’avait ni de jambes ni de tête, auquel cas peu importe ce que on  qu’on veuille faire avec sa vie on était foutu pour autant.

Comment est-il arrivé ?

Au lieu de glander pendant mes études, j’aurait pu, et dû, étudier avec acharnement. Mais, non. J’ai décider de ne pas bûcher, mais plutôt de s’amuser m’amuser tous les jours. Mais bon, voilà, j’en suis là. Le résultat, c’est à encadrer.

Où en étais-je… ah, oui, la neige dans la ville. Chouette !

Moi, qui a l’air de d’un clochard, la pelle à la manque aux mains, beaucoup de neige partout à déblayer sans fin en vue, tout en disposant de si peu de temps pour effectuer tout ce boulot.

Mais que de neige ! Il y a de la neige partout. Ce n’est pas la neige qui manque ! Il ne manquerait plus qu’il se mette à neiger.

Voilà ce que j’ai à te dire: cette neige n’a rien à faire ici, dans ma ville.

Je déteste la neige, et c’est réciproque, enfin je crois. Il suffit de regarder à toutes ces tempêtes de neige qui sévissant sévissent dans la ville. Mais ce qui est encore plus navrant c’est que certains certain jours une tempête de neige n’attend pas l’autre. Telle haine ! Je pense tout ce que j’ai dit.

Eh bien, tu sais, la neige ne va pas se déblayer toute seule comme par magie ! Donc il faut que je m’en occupe simplement parce que personne d’autre ne le ferait fera.

C’est ridicule, mais ridicule !

Bon, je me suis fâché un peu là-dedans. Aujourd’hui je déblaie de la neige. Tout est bon et tous est content de moi. Mais là encore, le matin prochain tu te réveillera, sortira de la maison, et c’est reparti pour un bon tour ! La neige en toute sa splendeur sera à nouveau là ! Encore une preuve que quoi que ce soit qui je fasse comme mon travail est du bidon.

Beaucoup me posent la même question, genre par quel miracle je me débrouille, vu les circonstances ?

Laisse-moi te dire quelque chose de curieux. Mais surtout pas un mot à quiconque: ce sera notre petit secret entre moi et toi.

Bien que je doive faire mon boulot tous les jours sans faillir, ce n’est pas le cas quand même. Comment est-ce possible ?

Moi, j’appelle ça faire preuve de débrouillardise, quoi !

Tu ne me crois pas ? Pense comme tu le sens, mais comment expliquer que je ne suis jamais fatigué et toujours tout sourire souriant ?

Bosser, connais pas ! C’est tout.

Allez, penses-y ! On justement doit faire On doit justement faire en sorte que personne ne remarque son mon absence. Pourquoi marche-t-il, ce truc ? Parce qu’il va neiger comme pas possible de toute façon et personne ne va me reprocher de ne pas déblayer de la neige.

On est en 2017. Il y a les déneigeuses pour déblayer de la neige, na !

Bon alors, ça me fait plaisir de te causer.

Bon et bien, le devoir m’appelle.

Le devoir, mon pied ! Le devoir pas comme les autres !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s